Nouveautés

              
           

Captive in the Dark, CJ Roberts

18 nov. 2015


Juste Trois Mots : Pesant - Addictif - Courageux 
Nombre de pages : 296
Editions : Pygmalion
Date de sortie : 17 octobre 2015

La vengeance. La vengeance est le but ultime de Caleb. Il la prépare depuis douze ans. Pour réussir, son «arme» doit être vraiment spéciale. Elle sera un cadeau inestimable dont tout le monde parlera. La fille qu’il surveille de l’autre côté de cette rue passante est parfaite. Elle est différente de ses proies habituelles. Elle n’est pas consentante, elle n’est pas vendue par son père, elle ne lui a pas été envoyée… Elle sera sa conquête. Dans ce huis-clos étouffant, le bonheur est-il encore possible ?


Je l’attendais depuis un long moment et une fois que je l’ai eu entre les mains, j’avoue avoir eu peur de l’ouvrir. Peur de lire une histoire trop différente, trop mauvaise. 

Finalement, je ne dirai pas que j’ai adoré ce roman mais il est certain qu’il ne m’a pas laissé indifférent. J’y ai découvert des personnages très bien développés et somme toute assez attachants. Le récit alterne la narration interne à la première personne, celle de la victime, et une narration externe à la troisième personne, celle du ravisseur. L’auteur raconte l’histoire de Livvie depuis son enlèvement un soir en pleine rue. C’est à travers ses pensées que nous suivons son histoire. C’est affolant, angoissant et assez dur de voir cette jeune fille tout faire pour ne pas se perdre. Face à son ravisseur, Caleb, elle est partagée et ces doutes qui la submergent sont très bien retranscrits. Elle l’a entrevu avant d’être enlevée par lui et avait éprouvé du désir à son égard à ce moment-là. C’est donc très difficile pour elle de prendre le recul nécessaire pour se protéger. Pourtant, elle n’est pas du tout comme Caleb le croyait. Elle est vraiment courageuse et fière. Elle refuse de se transforme en un objet soumis comme le veut son ravisseur et j’ai vraiment aimé suivre son combat même s’il était souvent perdu d’avance. 

Quant à Caleb, je croyais que j’allais le détester de suite mais être dans sa tête est… perturbant. Ses motivations sont claires : il veut se venger. Cependant, on voit une certaine évolution dans son comportements, des erreurs qu’il commet dues à la manière si différente dont il perçoit sa proie. J’ai été assez déstabilisée en découvrant sa manière de penser, car il est très sûr de lui et les analepses qui font référence à son enfances sont vraiment difficiles à supporter, ce qui fait qu’on ne peut pas le détester. Et en même temps, au vu de son comportement, on ne peut pas l’apprécier

L’atmosphère est pesante et lourde : Livvie ne fait que subir ce qui lui est imposé et même si elle essaie de se rebeller, elle ne peut échapper aux conséquences que cela entraîne. Et nous assistons, impuissants, à ses échecs et ses efforts vains. Le récit reste très addictif et c’est difficile de lâcher le roman une fois qu’on l’a commencé. Le besoin de savoir ce qui va arriver à Livvie est tenace.

Ce n'est donc pas du tout une romance conventionnelle et on retrouve bien le genre de la dark romance. Le huit-clos que nous offre CJ Roberts est haletant et nous tient en haleine jusqu'à la fin. 

2 commentaires:

  1. Je ne pense pas que ce soit mon style de lecture ... Le côté Dark Romance me fait un peu peur :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, c'est comme si tu lisais un thriller mais que tu étais du côté du méchant. C'est quand même assez spécial mais l'auteure écrit vraiment bien, donc c'est assez impressionnant. Finalement on se perd. On veut forcément créer un lien avec le personnage principal sauf que ce n'est pas le héros. C'est le méchant de l'histoire. :)

      Supprimer