Nouveautés

              
           

Méfie Toi Kara! - Pamela Clare

3 sept. 2014



Auteur : Pamela Clare
Titre : Méfie toi Kara
Date de parution : France :
Collection :
Genre : Thriller Romance
Pages :

Juste trois mots : prenant - sexy - surprenant

     Kara est une journaliste et maman célibataire qui n’hésite pas à braver les dangers pour aller au plus près des infos. Elle va découvrir une organisation écologique criminelle et va tout faire pour mener à bien son enquête alors que sa vie est menacée par les membres de l’organisation. En même temps, elle rencontre enfin le Sénateur Reece Sheridan, qu’elle avait interviewé de nombreuses fois par le biais téléphonique. Entre eux, la tension érotique tourne à plein régime, mais Kara a perdu toute confiance envers la gente masculine depuis que le père de son fils l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte. 
     En lisant ce roman de Pamela Clare, j’ai cru lire du Nora Roberts, ce qui est pour moi le gage d’une bonne lecture. Je sais, je me répète mais parfois, certains auteurs ont une telle plume qu’on ne peut que frémir d’impatience à l’idée de commencer un nouveau roman. C’est le cas de Nora Roberts (je vous conseille d’ailleurs de lire la saga du lieutenant Eve Dallas, c’est juste divin!) Bref, ici, ce n’est qu’à la fin que j’ai compris ma méprise, et je suis très contente d’avoir plu ce roman car je n’ai pas été déçue : Pamela Clare parvient à mêler subtilement la romance et le suspens de l’intrigue. Même si l’héroïnes est une journaliste, c’est une vraie enquête policière qu’elle mène et on retrouve le caractère fort et indépendant des héroïnes de Nora Roberts. Elle tient tête à l’adversaire, elle exprime ses convictions et n’a pas peur du danger. Elle fait tout pour maintenir ses proches en sécurité et tout cela fait d’elle une personne forte mais qui a du mal à s’engager.
     Et c’est là qu’apparait le sénateur Sheridan. Reece devient rapidement indispensable pour elle et il arrive à la soutenir et à trouver les mots justes pour se rapprocher d’elle. Leur histoire, bien que rapide, se fait tout en douceur, ce qui ne fait que renforcer chez le lecteur le sentiment que leur histoire va de soi. En tant qu’homme, il est très intègre (pour un politicien) et ne se laisse pas marcher dessus. Il est sûr de lui et sait ce qu’il veut. En énonçant ainsi leur caractère, je me rends compte à quel point leur rencontre est logique. C’est une véritable pépite de première rencontre. Généralement, dans la plupart des romances, les auteurs essaient de marquer les esprits à travers la première rencontre des protagonistes. Ici, Pamela Clare a su marquer les esprits en faisant de cette rencontre un joli moment de délire. Et cette relation tendre et piquante à la fois se retrouve tout au long du roman. 
     Et bien sûr l’intrigue, elle est assez ambigüe pour nous tenir en haleine et nous intéresser jusqu’à la fin. Pamela Clare nous donne beaucoup de détails sans que cela paraisse trop contraignant. C’est un véritable plaisir de sentir le suspens s’installer. 


Un extrait!

« Une voix masculine interrompit leur conversation.
— Peut-on savoir de quoi vous parlez avec tant de plaisir ?
Le sénateur Sheridan. Il se tenait devant leur table, son manteau au bras.
Kara leva les yeux, apprécia la chaleur de son sourire, et répondit sans réfléchir.
— J'étais en train de dire combien je trouve érotique d'embrasser un homme et de sentir son propre goût dans sa bouche.
À travers le brouillard de la tequila, une partie d'elle se demanda si elle ne venait pas de dire quelque chose qu'elle n'aurait pas dû. Avant qu'elle puisse y réfléchir, le sénateur tira une chaise et s'assit.
— J'en conviens, dit-il avec un sourire en coin. C'est assez érotique.
Elle pouvait sentir le parfum de son eau de toilette : quelque chose de chaud et d'extrêmement viril. Il avait enlevé sa cravate et déboutonné le premier bouton de sa chemise. Ses manches aussi étaient déboutonnées et roulées, révélant les muselés de ses avant-bras. Kara ne se souvenait pas d'avoir jamais remarqué les avant-bras d'un homme. Holly avait raison. Le sénateur Sheridan était sexy. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire